• The Kept Woman

    The Kept WomanA l'ombre d'Angie *****

    Déçue par « Pretty Girls », j’ai retrouvé avec plaisir Karin Slaughter au meilleur de sa forme dans ce huitième opus de la série Will Trent. Les habitués de la série y retrouveront tous les ingrédients qui ont fait son succès : une intrigue parfaitement maîtrisée, un découpage temporel qui assure le suspense et les personnages attachants qui ont fait le succès des romans de Karin Slaughter, Will Trent et Sara Linton. Les amateurs de détails sanglants y trouveront également leur compte, l’auteur analysant les scènes de crime avec une minutie clinique.
    La scène d’ouverture est émouvante et remplit parfaitement son rôle : donner envie d’en savoir plus. Le récit se poursuit par la découverte du cadavre d’un ex-policier dans un night-club en construction, night-club appartenant à un sportif en vue, Marcus Rippy, opposé à Will Trent au cours des mois précédents dans le cadre d’une sordide affaire de viol. Plus troublant : la scène de crime est maculée du sang d’une femme qui a quitté les lieux mais qui, à en juger par l’hémorragie, n’a plus que quelques heures à vivre.
    Ce roman présente selon moi deux grandes qualités : d’une part, une enquête intéressante avec de multiples rebondissements et d’autre part, l’évolution de la relation entre les personnages, celle qui unit Sara et Trent étant plus que jamais assombrie par le machiavélisme d’Angie, présente depuis trente ans dans la vie tourmentée de Will. Si « The Kept Woman » peut être lu indépendamment des autres, je conseillerais cependant à ceux qui ne connaissent pas Karin Slaughter de les lire dans l’ordre (deux séries : Grant County / Will Trent), et ce afin de suivre l’évolution sans « spoilers » si vous souhaitiez lire les précédents par après.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :