• The Wave at Hanging Rock

    The Wave at Hanging Rock«The wave at Hanging Rock was special. What happened that day –later on I mean, when things turned bad– that would never have happened if the wave hadn’t been something special.” *****

    La découverte du premier roman d’un auteur inconnu a une saveur particulière et se solde souvent par un verdict : ce sera le premier et le dernier / vivement les suivants. En ce qui me concerne, c’est sans hésitation que je me précipiterai sur les autres romans de Gregg Dunnett car j’ai passé un délicieux moment avec «The Wave at Hanging Rock».

    Au risqué de paraître affreusement cynique, j’ai beaucoup aimé l’entrée en matière : “The way my dad killed himself was so funny one newspaper gave him a Darwin Award.”  Si vous ne les connaissez pas, je précise que les Darwin Awards mettent à l'honneur les façons de mourir les plus stupides… J  

    Le narrateur, fils du malheureux lauréat de cette récompense peu convoitée, est Jesse, un jeune homme passionné de surf et qui doit quitter son Australie natale suite à ce drame. Il arrive en Angleterre avec sa mère et se lie à deux autres adolescents, John et Darren, qui partagent sa passion pour ce sport et avec qui il cherche les meilleures vagues. Ils découvrent celle de Hanging Rock, fabuleuse, qui devient un secret jalousement préservé… jusqu’à ce que tout bascule.

    En alternance avec le récit de Jesse, l’histoire de Natalie, jeune psychologue dont le mari ne revient pas d’une expédition de surf. Une disparition mystérieuse, pas de corps, pas de raison apparente pour un meurtre ou un suicide. Ce n’est que huit ans plus tard qu’un coup de fil étrange relance la quête de Natalie…

    C’est alors que les deux intrigues se rejoignent et que le mystère est enfin levé. Enfin, pas tout à fait, et c’est précisément ce qui m’a beaucoup plu dans ce roman : là où d’autres auraient pu se terminer sur cette conclusion «classique», le suspense est relancé et l’intérêt du lecteur maintenu jusqu’aux toutes dernières pages. L’auteur gère parfaitement sa narration et ses retournements de situation et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

    Par ailleurs, j’ai toujours une petite appréhension lorsque l’auteur est un spécialiste d’une matière qui m’est totalement étrangère  –en l’occurrence, le surf–  mais les scènes qui s’y rapportent sont tout à fait compréhensibles pour le profane et s’intègrent parfaitement dans l’ensemble du récit.

    Un premier roman étonnamment abouti, qui a été nominé pour le Chanticleer Clue Awards for the best thriller/suspense novel of 2016 et que je vous recommande vivement si vous cherchez un bon suspense pour cet été.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :