• Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

    Un roman à la fois drôle, tendre et émouvant ****

    J’ai découvert Virginie Grimaldi grâce aux groupes de lecture sur Facebook, où cet auteur faisait souvent l’objet de commentaires élogieux. J’ai abordé son nouveau roman, « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie », sans avoir lu les deux premiers et sans a priori particulier, si ce n’est la crainte de me perdre dans un récit mélodramatique émaillé de clichés.

    Le point de départ du récit aurait en effet pu donner lieu à des débordements larmoyants (et j'ai horreur de celaarf) : Ben vient de mettre un terme à son mariage avec Pauline et cette dernière, ne parvenant pas à faire face à la réalité, décide de lui écrire chaque jour un souvenir de leur histoire commune, espérant ainsi ranimer la flamme et le reconquérir. "Ne me quitte pas", c'est très joli lorsque le poète parle de terres brûlées et de ciel qui flamboie mais cela peut vite devenir horripilant sous une plume moins subtile. Tel n'est pas le cas, rassurez-vous smile

    Pauline est retournée chez ses parents avec son petit garçon, Jules, et les circonstances la conduiront à Arcachon pour des vacances familiales, dans la grande maison qui la faisait rêver lorsqu’elle était petite fille et qui appartient désormais à sa sœur à la vie si parfaite. Le lecteur découvre alors le reste de la famille, savoureuse galerie de portraits qui permet à Virginie Grimaldi d’aborder de multiples thèmes (la séparation, les relations familiales, l’alcoolisme, le deuil, le couple, l’homosexualité), les failles secrètes de chacun se dévoilant peu à peu au détour d’une anecdote, d’une conversation, d’un écrit. Le récit alterne la vie actuelle de Pauline et les souvenirs qu’elle envoie à Ben, par lesquels elle lève peu à peu le voile sur leur passé commun et leur amour.

    J’ai beaucoup aimé ce livre car l’auteur a réussi à me faire rire et à m’émouvoir en même temps, ce qui relève du parcours du funambule. L’écriture de Virginie Grimaldi est fluide, vive et enjouée et elle aborde des thèmes universels d’un ton tantôt grave, tantôt léger mais sans jamais verser dans le pathos. Elle nous fait passer du sourire à la tristesse sans transition, au fil d’un roman très plaisant où l’on ne s’ennuie pas un seul instant et dont le joli message pourrait être : « ce n’est pas parce que ça ne finit pas comme on le veut que ça finit mal ».

     

    Un roman plein de tendresse et de fraîcheur, dans lequel chacune se reconnaîtra à un moment ou l’autre de sa vie (je pense en effet qu’il s’agit d’un roman de femme pour un lectorat féminin) et qui plaira sans nul doute aux fans d’Agnès Ledig. A découvrir smile


  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Mai à 19:16

    Je vais le rajouter à ma PAL, merci :)

      • Samedi 20 Mai à 19:29

        Avec plaisir :-) Tu passeras sans doute un très bon moment :-) 

    2
    Samedi 20 Mai à 20:41

    Allez hop, ma PAL s'allonge encore et encore et encore...
    Merci pour ta chronique :)

      • Samedi 20 Mai à 21:20

        Toujours un plaisir de partager un bonheur de lecture ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :