• Et je serai toujours avec toi

    Dommages collatéraux *****

    Après avoir découvert Armel Job grâce à l’excellent «Tu ne jugeras point», j’ai de nouveau été séduite par son univers littéraire grâce à «Et je serai toujours avec toi», y retrouvant les éléments qui m’avaient plu lors de ma première lecture.

    Armel Job, c’est tout d’abord une couleur locale : en tant que Belge, j’aime retrouver ce parfum de terroir, au détour de l’une ou l’autre formule qui fait mouche (« C’était un soir aux premiers jours d’octobre, après une journée à rappeler les hirondelles, comme l’Ardenne peut en servir par remords, au terme d’un été pourri »).

    C’est également une histoire en apparence banale, qui confine parfois au simple fait divers mais s’élève ensuite au rang d’œuvre littéraire. Un couple ordinaire, Jacques et Teresa, deux grands fils, Tadeusz et André, une brasserie à gérer, un mariage sans heurts mais également sans passion. Vient alors la maladie de Jacques, un soudain élan d’amour et de dévouement  chez Teresa, puis la mort, qui laisse une jolie veuve quadragénaire. Mais l’épitaphe de Jacques est un dernier geste d’amour : «Et je serai toujours avec toi», promesse biblique du mourant que, de l’au-delà, il se manifestera auprès de son épouse. Lorsqu’un séduisant Croate tombe en panne de voiture près de chez eux et vient solliciter de l’aide, Teresa la catholique ne demande qu’à croire à un signe de son défunt époux : Branko ne vient-il pas d’une ville où la Vierge en personne s’est manifestée ? Et l’air de Wagner qu’il sifflote, n’est-ce pas l’un des airs écoutés par Jacques sur son lit de mort ?

    Peu sensibles à l’approbation apparente de la Sainte Vierge, les deux fils de Teresa sont cependant nettement moins enthousiastes et se méfient de l’étranger, non seulement parce qu’il occupe un peu trop de place dans la maison et le cœur de leur mère mais également parce qu’un meurtre brutal vient secouer le petit village ardennais…

    Outre cette enquête policière ordinaire, « Et je serai avec toi » est un roman d’une grande profondeur, d’une douce poésie aussi, qui s’élève au-delà du fait divers pour aborder des questions morales beaucoup plus larges, à travers le passé de Branko qui a vécu la tragédie yougoslave. Armel Job aborde des thèmes universels, nous parlant de l’amour tendresse (« La tendresse ou plutôt l’attendrissement et même, plus précisément encore, le moment de l’attendrissement, quand le cœur s’emballe, que la volonté perd pied, que l’âme se liquéfie »), de l’amour tristesse (« je les aimais pour ce qu’elles étaient réellement dans mes bras, quand elles m’offraient leur corps désarmant d’être si désarmé, pour un instant de pitié entre deux êtres humains »),  de la fragilité de la justice et de celle des hommes aussi, confrontés à la succession de « répugnantes chrysalides » qu’ils ont parfois été. Un roman doux-amer, fort et troublant, qui donne à réfléchir sur les « dommages collatéraux de la vérité » et que je vous recommande vivement…

    Du même auteur : Tu ne jugeras point


  • Commentaires

    1
    Paule
    Mercredi 7 Juin à 00:55

    Heureuse que vous ayez découvert cet auteur et que vous l'aimez. J'ai presque tout lu de lui, il me manque quelques livres, ses premiers. Poursuivez avec Loin des mosquées, puis plongez vous dans Un bon coupable. 

    Une autre auteure belge à découvrir si vous ne connaissez pas, c'est Barbara Abel. Elle est sadique, méchante, cruelle même, mais avec quel talent! Commencez avec derrière la haine. 

     

    Com.ent vous suivre sur votre blog? 

      • Mercredi 7 Juin à 14:24

        Merci pour votre commentaire, j'ai en effet bien l'intention de lire les autres ouvrages d'Armel Job. Quant à Barbara Abel, je pense les avoir tous lus et j'ai beaucoup aimé Derrière la haine et Après la fin...

        Vous pouvez suivre mon blog en "likant" la page Facebook, où je partage mes chroniques (je pense vous avoir envoyé une invitation) et/ou en vous abonnant à la newsletter du blog (vous recevrez un mail lorsque je publie une chronique). La newsletter se trouve dans la colonne de gauche de ma page d'accueil (attention, si vous êtes sur mobile, il faut cliquer sur "version standard" en bas de page, à défaut vous ne verrez que les chroniques l'une à la suite de l'autre sans les catégories, etc). N'hésitez pas à me contacter si vous avez un souci.

        Bien cordialement,

         

        Pascale

    2
    brunson
    Mercredi 7 Juin à 18:31
    Vous allez vous "emballer"...Allez-y ! "Loin des mosquées". Nous attendons votre commentaire !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :