• A Mother's Confession

    A Mother's ConfessionRegards de femmes *****

    J’avais hésité à lire « A Mother’s Confession », l’illustration et les phrases de couverture (« A heartbreaking story with a breathtaking twist », « a secret that will tear you apart ») me faisant craindre un roman à l’eau de rose exploitant sans vergogne le drame de la violence conjugale ; par ailleurs, j’avais lu récemment des romans traitant du même thème et décevants par leur manque de crédibilité (je pense notamment à « Behind Closed Doors »).

    Tel n’est pas le cas ici et à défaut d’être un prix Nobel de littérature, ce roman m’a beaucoup touchée et m’a captivée jusqu’au bout… ce qui n’était pas si simple puisque dès le début, nous savons que l’époux violent, David, est mort. Le récit sera dès lors basé non pas sur le suspense quant au dénouement de cette tragédie conjugale mais plutôt sur ses prémisses et ses conséquences. Deux voix s’opposent pour dresser un portrait de l’homme mort, de sa naissance à sa fin : celle d’Olivia, sa veuve et mère de sa petite Zoé, dans les jours et les semaines qui suivent ce qu’elle nomme pudiquement « the Tragedy », et celle d’Ivy, la mère de David, qui raconte les années d’amour et de dévotion consacrées à son enfant. Deux confessions maternelles qui, chacune à sa façon, décrivent l’enfant, le jeune homme, puis le monstre, et les années, heureuses ou effroyables, passées auprès de lui.

    Le lecteur suivra pas à pas les tentatives d’Olivia pour se reconstruire, de sa réclusion volontaire aux premières tentatives de retrouver une vie normale, et la vie d’Ivy, entre un mariage prématuré qui a sonné le glas de ses projets futurs et le deuil de son fils unique. Seul point commun entre les deux femmes : une profonde souffrance malgré leurs perspectives diamétralement opposées.

    J’ai trouvé ce roman très réussi dans la mesure où l’auteure maîtrise parfaitement ce double récit et où à aucun moment, il ne m’a paru difficile à croire  -même si certaines réactions défient le sens commun. L’auteure s’est visiblement bien renseignée sur le sujet de la violence domestique et sur son caractère insidieux : la lente descente aux enfers d’Olivia, jeune femme sensible et intelligente dont David ne fera plus qu’une ombre, est présentée de façon très réaliste et crédible et donne une approche très humaine de ce mécanisme effroyable. Une lecture émouvante, qui peut se lire comme un roman à suspense et que sa toile de fond hélas bien réelle et quotidienne pour certaines rend plus percutante encore.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :